L’entraînement des Ondes Cérébrales

L’entraînement des ondes cérébrales est l’un des outils d’amélioration de l’esprit les plus puissants disponibles à ce jour. De nombreuses études ont vérifié ses avantages, des performances cognitives à la réduction du stress, en passant même par la lutte contre la douleur physique.

Voici quelques-uns des bénéfices que peut apporter l’entraînement des ondes cérébrales :

  • Une baisse du niveau de stress
  • Une augmentation de la créativité
  • Une plus grande concentration
  • La suppression de mauvaises habitudes
  • Des méditations plus profondes
  • Une meilleure humeur
  • L’augmentation de la mémoire et des performances mentales

Les ondes cérébrales

Pour comprendre le fonctionnement de l’entraînement des ondes cérébrales il convient d’en connaître les bases. Dans cet article, nous verrons ce que sont les ondes cérébrales et comment elles sont liées à divers états mentaux, émotionnels et physiques. Nous observerons également comment la neurotechnologie vous permet de modifier les ondes cérébrales, vous permettant ainsi de mieux contrôler votre esprit.

Que sont les ondes cérébrales ?

Le cerveau est composé d’environ 100 milliards de neurones et de milliards de connexions entre eux. Il y a plus de connexions neuronales dans un seul centimètre cube de tissu cérébral que d’étoiles dans la galaxie de la Voie Lactée !

Voie Lactée-Neurones

Cet immense réseau de neurones est responsable de tout ce qui est lié à votre réalité. De vos perceptions sensorielles à vos pensées, en passant par toutes les fonctions de votre corps, tout dépend des données circulant dans le réseau neural de votre cerveau.

Ces données sont transmises d’un neurone à l’autre par l’électricité (qui peut être enregistrée à une vitesse pouvant atteindre 250 km/ h) !

En plaçant des électrodes sur le cuir chevelu à l’aide d’un appareil appelé électroencéphalographe (EEG), les scientifiques ont découvert que l’électricité circulait dans le cerveau en rythmes. Ces rythmes électriques sont appelés ondes cérébrales.

Quel type d’ondes cérébrales existe-t-il ?

Les ondes cérébrales sont mesurées en hertz (Hz), soit la fréquence des cycles électriques par seconde. Les fréquences des ondes cérébrales peuvent être regroupées en catégories. Ces catégories sont liées à divers états mentaux, émotionnel et même physique.

Par exemple, les ondes cérébrales lentes sont associées à la relaxation et au sommeil, alors que les ondes cérébrales plus rapides sont associées à la vigilance et à une énergie accrue. En observant vos ondes cérébrales, vous pouvez comprendre l’état de votre conscience.

Voici un rapide descriptif de chaque catégorie d’ondes cérébrales, leur gamme de fréquences et l’état mental qui y est associé :

  • Beta (38hz – 12hz) – La conscience de veille normale se situe dans la plage Beta. Cette catégorie est associée à des tâches cognitives telles que la résolution de problèmes, la prise de décision, la communication verbale et l’errance de l’esprit en général. Des niveaux plus élevés d’ondes cérébrales Beta peuvent être liés au stress, à l’anxiété et à la panique.

 

  • Alpha (12hz – 8hz) – Éveillé, mais profondément détendu. Simplement fermer les yeux produira des ondes cérébrales Alpha. Cette catégorie est associée à la rêverie, à la visualisation, à l’imagination, à une légère méditation. Anna Wise, experte en ondes cérébrales, a appelé la gamme Alpha le pont entre Beta et Theta. (Plus d’informations dans le livre de Wise “ The High-Performance Mind ”).

 

  • Theta (8hz – 3hz) – Sommeil léger, rêve, sommeil paradoxal, créativité, accès à des outils inconscients, accès à la mémoire à long terme, guérison émotionnelle, intuition, rêverie profonde et sagesse spirituelle. Les hypnotiseurs ont découvert que Theta correspond à la gamme d’hyper-suggestibilité, dans laquelle on peut programmer ou reprogrammer des croyances.

 

  • Delta (3hz – 0.2hz) – Sommeil profond et sans rêves. Intuition. Empathie. Judith Pennington, experte en ondes cérébrales, appelle cela la porte de la conscience universelle et “un radar qui scrute l’environnement et capte psychiquement des informations et de l’énergie”. Selon le physicien britannique C. Maxwell Cade : “ Il a été rapporté que des ondes delta apparaissent au début des phénomènes paranormaux. “ (Plus d’informations peuvent être trouvées dans le livre de Cade “ The Awakened Mind “)

Comment modifier les ondes cérébrales pour mieux contrôler votre esprit ?

Le cerveau est un système complexe et chaque zone de son réseau déclenche plusieurs types d’ondes cérébrales simultanément. C’est la combinaison de ces ondes cérébrales qui peut donner un aperçu plus profond de l’état d’une personne.

Par exemple, une personne qui a de faibles niveaux de Beta et d’Alpha/ Theta a tendance à souffrir de trouble déficitaire de l’attention (TDA). Ceux qui ont des niveaux élevés d’ondes Beta et de faibles niveaux d’ondes Alpha ont tendance à souffrir d’anxiété.

L’entraînement des ondes cérébrales est une technologie puissante qui nous permet d’avoir sur elles un meilleur contrôle, et donc de mieux contrôler nos états mentaux.

Par exemple, les personnes atteintes de TDA peuvent utiliser cette technologie pour réduire les ondes Theta, augmenter les ondes Beta, pour avoir un esprit plus concentré. Ceux qui souffrent d’anxiété peuvent réduire leur production d’ondes cérébrales Beta, ce qui peut entraîner des sentiments de détente et de bien-être.

De nombreux praticiens de l’entraînement à long terme ont déclaré qu’il leur permettait d’entrer librement dans n’importe quel état souhaité, d’une tranquillité profonde à une vision créative en passant par une attention focalisée.

 

L’entraînement des ondes cérébrales

Pensez à un diapason. Celui-ci peut être utilisé pour accorder une corde de guitare au bon ton. De la même manière, l’entraînement des ondes cérébrales utilise des technologies particulières de son et lumière pour accorder vos ondes cérébrales à des fréquences spécifiques et ainsi vous permettre de mieux contrôler votre esprit.

Qu’est-ce que l’entraînement ?

L’entraînement est un principe physique dans lequel un système rythmique tombe en synchronisation avec un autre système rythmique. Si vous vous êtes déjà retrouvé à bouger votre corps au rythme de votre chanson préférée, vous avez alors connu l’entraînement sous sa forme la plus élémentaire. Outre la musique, ce principe se retrouve tout autour de vous, probablement plus que vous ne le réalisez. Voici quelques exemples :

  • Des poissons dans l’océan se rassemblent pour nager en synchronisme
  • Votre rythme circadien est synchronisé avec le lever et le coucher du soleil
  • Un cœur humain se synchronise sur le rythme d’un stimulateur cardiaque

L’une des observations d’entraînement des ondes cérébrales les plus célèbres a été faite par le scientifique néerlandais Christiaan Huygens en 1665. Il a observé des mouvements de balancement identiques de deux pendules sur son mur. Même quand il désynchronisait une horloge, les deux se retrouvaient finalement à avoir le même rythme. Quand il a déplacé une horloge à l’autre bout de la pièce, les deux se sont désynchronisées. Mais une fois réunis, les pendules étaient synchrones à nouveau.

Pourquoi l’entrainement a-t-il lieu ?

Du point de vue de la physique, il faut moins d’énergie lorsqu’un système tombe en phase avec un système rythmique plus puissant.

Imaginez-vous en train de nager dans une rivière. N’est-il pas plus difficile de nager contre le courant plutôt que de nager avec lui ? Il faut beaucoup moins d’énergie lorsque vous vous laissez porter par le courant de l’eau.

Des étoiles dans le ciel jusqu’aux poissons dans l’océan, des systèmes sans fin relèvent de ce même principe, y compris le cerveau humain.

Qu’est-ce que l’entraînement des ondes cérébrales ?

Comme expliqué précédemment, des milliards de neurones répartis dans votre cerveau communiquent entre eux par le biais de l’électricité. Ces impulsions électriques sont de nature rythmique. Comme tout autre système rythmique, il peut être soumis à un entraînement.

De même que les horloges à pendule se synchronisent lorsqu’elles sont placées les unes à côté des autres, vos ondes cérébrales se comportent de la même manière lorsqu’elles sont exposées à certains stimuli rythmiques.

Par exemple, si vous regardez fixement une lumière stroboscopique, vos ondes cérébrales finiront par se synchroniser à la même fréquence (principe utilisé par des lampes Photo-Neuro-Stimulatrices comme PandoraStar ou Lucia).

Lampes Photo-Neuro-Stimulatrices PandoraStar et Lucia

Ce processus s’appelle l’entraînement des ondes cérébrales, il se produit lorsque les rythmes électriques de votre cerveau commencent à se synchroniser avec les rythmes d’une source externe. Cette source peut prendre la forme de lumière pulsée, de sons, de contacts tactiles ou même de signaux électriques.

Voici pourquoi l’entraînement des ondes cérébrales est important : en nous présentant avec une lumière ou un son pulsant à des fréquences spécifiques, nous pouvons modifier nos ondes cérébrales au même rythme et, en fait, contrôler nos états mental, émotionnel et physique à volonté.

Quels sont les avantages de l’entraînement des ondes cérébrales ?

Voici certains domaines pour lesquels l’entraînement des ondes cérébrales s’est avéré des plus efficace :

Bénéfices intellectuels :

  • Amélioration de la concentration
  • Augmentation des performances d’apprentissage
  • Amélioration de la méditation
  • Amélioration la mémoire

Bénéfices émotionnels :

  • Soulagement du stress à court terme et à long terme
  • Amélioration de l’humeur

Bénéfices physiques :

  • Allègement de la douleur
  • Apaisement des maux de tête

 

Histoire de l’entraînement des ondes cérébrales

Cette partie vous emmène dans un voyage décrivant la riche histoire de l’entraînement des ondes cérébrales, depuis ses premières découvertes dans la Grèce antique il y a plus de 2 000 ans, jusqu’à la découverte des ondes cérébrales dans les années 1920, jusqu’à l’explosion des dispositifs d’entraînement à l’énergie cérébrale grand public tout au long des années 1980, et au-delà…

Vers l’an 200 de notre ère, le célèbre écrivain, mathématicien et astronome grec Ptolémée remarqua que lorsqu’il tournait une roue à rayons entre lui et le soleil, les rayons de soleil lui faisaient voir des motifs de couleur et de lumière exceptionnels, générant par ailleurs des sentiments d’euphorie.

Au 19ème siècle, le célèbre psychologue Pierre Janet remarqua que, lorsque ses patients étaient exposés à des flashs lumineux, il obtenait une réduction significative de l’hystérie, de la dépression et de l’anxiété.

Au XXe siècle, à mesure que la technologie évoluait, les neuroscientifiques ont commencé à utiliser des outils tels que l’électroencéphalographe (EEG). En 1924, le physiologiste et psychiatre allemand Hans Berger a enregistré le premier EEG humain et, en 1929 il découvrit les ondes Alpha (8 – 12 Hz).

En 1934, les chercheurs Adrian et Mathews se sont inspirés des recherches de Berger et ont découvert qu’une lumière pulsée (appelée plus tard stimulation photique) pouvait produire une activité Alpha des ondes cérébrales.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le technicien Sidney Schneider remarqua que des opérateurs fixant fréquemment des écrans radar émettant des éclairs de lumière rythmiques entraient dans des états de conscience altérés. Par la suite, Schneider développa l’une des premières machines “ son et lumière “ appelée le synchroniseur d’ondes cérébrales.

En 1956, le célèbre neuroscientifique W. Gray Walter publia les résultats de l’étude de milliers de sujets test utilisant la stimulation photique, montrant leur changement d’états mentaux et émotionnels. Il apprit également que la stimulation photique altérait non seulement les ondes cérébrales, mais que ces changements se produisaient dans des zones du cerveau en dehors de la vision. Voici ce que dit Walter :

” Les séries de flashs rythmiques semblent détruire certaines des barrières physiologiques entre les différentes régions du cerveau. Cela signifie que le stimulus de scintillement reçu par la zone de projection visuelle du cortex était en train de casser des limites – ses ondulations débordaient dans d’autres zones. “

Dans les années 1960, William S. Burroughs et des artistes britanniques ont créé un dispositif visuel simple appelé Dreammachine (machine à rêves), un cylindre percé tournant autour d’une source de lumière pour produire des effets de scintillement. L’un des premiers dispositifs de stimulation photique grand public était né.

La "Dreammachine" de William S. Burroughs

Également dans les années 1960, les médecins ont commencé à utiliser les applications médicales de l’entraînement des ondes cérébrales. L’anesthésiste M.S. Sadove a commencé à utiliser la stimulation photique pour réduire la quantité d’anesthésie nécessaire pendant la chirurgie.

Le dirigeant d’entreprise et producteur de radio, Robert Monroe, a commencé à expérimenter l’entraînement des ondes cérébrales et a eu recours à une série d’expériences hors du corps puissantes. En 1971, il publie son classique “ Voyages hors du corps ”, partageant ses expériences. Il a ensuite créé l’une des premières entreprises d’entraînement audio appelée “ Hemi Sync ”, aux côtés de l’Institut des sciences appliquées de Monroe.

En 1973, un biophysicien, le Dr. Gerald Oster, publia un article célèbre dans “ Scientific American intitulé “ Auditory Beats in the Brain “ (Battements auditifs dans le cerveau), qui montrait que lorsque deux sons purs de fréquences variables étaient combinés, un troisième battement rythmique était créé, qu’il nommait battements binauraux ou monauraux. Selon Oster, les battements monauraux se produisent lorsque deux sons sont combinés et envoyés via un haut-parleur, tandis que les battements binauraux se produisent lorsque des écouteurs stéréo sont utilisés pour délivrer un son différent pour chaque oreille. Oster a conclu que les battements monauraux constituaient une forme plus efficace d’entraînement des ondes cérébrales.

En 1980, le chercheur japonais Tsuyoshi Inouye, de la faculté de médecine de l’Université d’Osaka, découvrit que la stimulation photique entraînait la synchronisation du cerveau, phénomène qui correspond aux phénomènes des hémisphères droit et gauche du cerveau fonctionnant à l’unisson.

En 1981, Michael Hutchison a publié son livre, désormais culte, “ Mega Brain “, qui a contribué à populariser de nombreux outils d’amélioration des capacités cérébrales, tels que l’entraînement des ondes cérébrales, à un public grand public.

Plus tard cette année-là, Arturo Manns a publié une étude innovante montrant l’efficacité des sons isochrones, qui sont des sons pulsés. Des chercheurs tels que Dave Sieveront découvrit par la suite que les sons isochrones entraînaient bien plus efficacement le cerveau que les battements binauraux.

En 1984, le Dr Gene W. Brockopp, chercheur en médecine, publia un article tirant plusieurs conclusions sur l’entraînement audio et visuel (AVE ou “ Audio and Visual Entrainment” en Anglais). De telles conclusions ont montré que la synchronisation hémisphérique causée par l’AVE est liée à un fonctionnement intellectuel accru, que l’utilisation pratique des heures supplémentaires d’AVE entraîne un effet cumulatif et que l’AVE peut permettre de rétablir les expériences vécues pendant la petite enfance.

Tout au long des années 80, les progrès de la microélectronique ont permis aux ingénieurs de commercialiser des machines d’entraînement audio et visuel. Des milliers de machines ont commencé à être utilisées par des non-spécialistes, en dehors du domaine médical et de la recherche.

Au cours des années 1990 et 2000, plusieurs études ont montré que l’entraînement des ondes cérébrales était efficace pour traiter le trouble déficitaire de l’attention, améliorer la mémoire, améliorer les performances scolaires, induire une dissociation, atténuer le stress à court et à long terme, améliorer l’humeur, atténuer la douleur physique et atténuer les maux de tête.

Avec près de 100 ans de recherche validant l’efficacité de l’entraînement des ondes cérébrales, il n’est pas étonnant que des milliers de personnes l’utilisent dans le monde entier. Qu’est-ce que l’avenir nous apportera dans ce domaine passionnant ? Avec l’adoption des smartphones, la réalité virtuelle et les avancées technologiques réduisant le coût de l’EEG et d’autres formes de dispositifs de biofeedback, les possibilités d’entraînement sont infinies.

 

La science derrière l’entraînement des ondes cérébrales

Maintenant que vous connaissez les bases de l’entraînement des ondes cérébrales, allons encore plus loin dans sa science. Vous apprendrez comment il conduit à la synchronisation des deux hémisphères du cerveau, entraînant des bénéfices tels qu’un aperçu créatif, une plus grande stabilité émotionnelle et une performance mentale améliorée.

Comme mentionné précédemment, l’entraînement des ondes cérébrales se produit lorsque les rythmes électriques de votre cerveau se synchronisent sur les mêmes rythmes d’une source externe. Cette source se présente généralement sous la forme de lumière pulsée et/ou de son.

Séance avec une lampe Photo-Neuro-Stimulatrice à lumière pulsée

Lorsque des flashs de lumineux vous sont présentés, les neurones des nerfs optiques sont excités et envoient des signaux électriques au thalamus. Le thalamus est une zone du cerveau qui reçoit les informations sensorielles de votre environnement et envoie ces données à différentes zones du cerveau.

Lorsque des signaux électriques de vos yeux atteignent le thalamus, il envoie le signal à votre cortex visuel et cérébral. Lorsque le cortex visuel reçoit des signaux constants et répétitifs d’une lumière pulsée, son activité neuronale commence à se synchroniser à cette même fréquence.

L’entraînement des ondes cérébrales a commencé. Au fur et à mesure que l’entraînement devient plus fort dans le cortex visuel, d’autres zones du cerveau suivent et se synchronisent sur la même fréquence source.

Dans son livre “ Mega Brain “, Michael Hutchison cite le neurologue W. Gray Walter sur ce processus :

“ Le grand neuroscientifique W. Gray Walter a réalisé une série d’expériences à la fin des années 40 et 50, au cours desquelles il a utilisé un stroboscope électronique associé à un électroencéphalogramme (EEG) pour envoyer, dans les yeux de ses sujets, des flashes rythmiques à des fréquences allant de 10 à 25 éclairs par seconde. Il a été surpris de constater que le scintillement semblait modifier l’activité des ondes cérébrales de tout le cortex au lieu des seules zones associées à la vision. Walter écrit que les séries de flashs rythmiques semblent éliminer certaines des barrières physiologiques entre les différentes régions du cerveau. Cela signifie que le stimulus de scintillement reçu par la zone de projection visuelle du cortex était en train de casser des limites – ses ondulations débordaient dans d’autres zones. “

Latéralisation du cerveau

Le cerveau est constitué de deux hémisphères reliés à une structure appelée corps calleux. L’hémisphère gauche est associé à des éléments tels que la pensée analytique, la logique, le raisonnement et le langage. L’hémisphère droit est associé à des éléments tels que la créativité, l’imagination, l’intuition, la perspicacité et les émotions.

La plupart des gens ont un cerveau déséquilibré, l’un des hémisphères étant plus actif que l’autre. Cet état s’appelle la latéralisation cérébrale.

Le neuropsychologue soviétique Alexander Romanovich Luria écrit, dans son livre “ The Working Brain “, que les humains sont à peu près d’un tiers dominant à gauche, d’un tiers à droite, et le reste légèrement dominant à gauche.

Dans son livre, “ Thresholds of The Mind “ (Seuils de l’esprit), Bill Harris, expert en battements binauraux, décrit les problèmes liés à la latéralisation du cerveau :

“ Parce que le cerveau filtre et interprète la réalité de manière fractionnée, nous avons tendance à voir les choses comme distinctes et opposées, plutôt que comme étant liées et faisant partie de l’unité évoquée par les grands maîtres spirituels (et, au cours des dernières décennies, par physiciens de la mécanique quantique). Ainsi, à un niveau profond, la double structure de notre cerveau, associée à la latéralisation du cerveau, nous prédispose à nous voir et à faire l’expérience de nous-mêmes comme des personnes distinctes et souvent en opposition avec le reste du monde – au lieu de vivre l’expérience de l’interdépendance entre nous et tout le reste. Nos associations et programmations de l’enfance s’appuient sur cette tendance innée en nous entraînant à rechercher telle chose à éviter telle autre, pour aller vers le plaisir et s’éloigner de la douleur, pour faire le bien et non le mal, et ainsi de suite. Plus la latéralisation dans le cerveau est importante, plus les sentiments de séparation sont grands – et plus les sentiments de séparation sont forts, plus la peur, le stress, l’angoisse et l’isolement sont grands. “

 

Synchronisation hémisphérique et entraînement des ondes cérébrales

Dans les années 1970, des chercheurs en neurosciences ont découvert que, lorsque la pratique de méditation était profonde, une activité harmonieuse commençait à se produire entre les deux hémisphères du cerveau. Ce phénomène est connu sous le nom de synchronisation hémisphérique.

Lorsque les deux hémisphères du cerveau travaillent à l’unisson, cela se traduit par des bénéfices tels que perspicacité créative, une plus grande stabilité émotionnelle, de meilleures performances cérébrales, de meilleures capacités d’apprentissage, une concentration plus profonde, une connexion accrue à son environnement et des sentiments de profonde sérénité.

Les pratiques religieuses traditionnelles telles que la méditation, les mantras, les exercices de respiration et certains mouvements corporels visaient essentiellement à contrer les effets de la latéralisation du cerveau et à faire évoluer l’esprit vers un système unifié et synchronisé. Cependant, seul un pourcentage de praticiens est capable de réaliser ces états de manière cohérente.

L’entraînement des ondes cérébrales est une solution fiable pour contrer ce problème. En 1980, le chercheur japonais Tsuyoshi Inouye, de la faculté de médecine de l’Université d’Osaka, découvrit que la stimulation photique provoquait la synchronisation du cerveau. Le Dr Norman Shealy a ensuite testé plus de 5 000 de ses patients avec une stimulation photique et est parvenu à la même conclusion.

Contrairement aux formes de méditation traditionnelles, l’entraînement des ondes cérébrales est un outil fiable, prévisible et cohérent qui vous permet d’harmoniser à volonté diverses zones de votre cerveau. Avec la pratique régulière, de nouvelles connexions neuronales commencent à être établies entre les deux hémisphères et des avantages cumulatifs à long terme commencent à apparaître.

 

Entraînement audio : Battements binauraux, battements monauraux, tonalités isochrones

L’utilisation délibérée du son pour modifier l’esprit a longtemps été relatée à travers l’histoire. Diverses cultures autochtones ont eu recours à des schémas rythmiques d’applaudissements, de chants et de chants lors de cérémonies pour entrer dans des états de conscience plus élevés, atteindre la sagesse et guérir l’esprit/le corps.

Pendant des milliers d’années, des instruments tels que le didgeridoo autochtone, les bols chantants tibétain, la flûte amérindienne, et le tambour tribal ont été vénérés comme de puissants outils de transformation.

De nos jours, les neuroscientifiques ont constaté que l’entraînement audio apportait les mêmes avantages. Il a été démontré que les rythmes binauraux et les tonalités isochrones induisent un super apprentissage, une amélioration de la mémoire, une amélioration de la créativité et même des expériences hors du corps.

Dans cette section, nous décrivons ce que sont ces formes d’entraînement audio et comment vous pouvez les utiliser pour visualiser ces avantages.

Battements auditifs

Les battements auditifs sont l’une des formes les plus élémentaires d’entraînement audio. Ils se forment lorsque deux sons purs d’un ton légèrement différent sont joués ensemble.

Par exemple, si vous frappez simultanément deux diapasons situés à des hauteurs légèrement différentes, le son “ wah-wah-wah “ pulsé que vous entendez correspond au battement résultant.

Les battements auditifs se présentent généralement sous forme de battements binauraux ou monauraux.

Battements binauraux

Le physicien allemand Heinrich Wilhelm Dove découvrit 1839 que des battements auditifs se formaient dans le cerveau lorsque chaque oreille présentait son propre ton d’un ton légèrement différent.

Par exemple, lorsqu’un casque stéréo délivre des battements binauraux, l’oreille gauche reçoit une fréquence de 200 Hz et l’oreille droite de 207 Hz, un battement de 7 Hz est créé à l’intérieur du cerveau (207 Hz – 200 Hz = 7 Hz).

Cet effet est généré dans les noyaux olivaires du cerveau car il tente de localiser spatialement la direction du troisième ton.

En 1973, Gerald Oster publia un article dans “ Scientific American “ intitulé “ Auditory Beats In The Brain “, qui révéla ce phénomène pour la première fois au public. Il écrit :

“ Les casques stéréophoniques sont utilisés et les signaux sont appliqués séparément à chaque oreille. Dans les circonstances adéquates, des battements peuvent être perçus, mais ils ont une nature tout à fait différente. On les appelle battements binauraux. Les battements binauraux nécessitent l’action combinée des deux oreilles. Ils existent en conséquence de l’interaction des perceptions dans le cerveau. “

Les battements binauraux présentent de nombreux avantages et inconvénients. L’un des principaux avantages est la synchronisation hémisphérique. Étant donné que les deux hémisphères sont nécessaires pour créer le rythme dans le cerveau, cette méthode est un excellent moyen de créer une plus grande harmonie entre les zones de l’esprit fonctionnant généralement de manière indépendante. Les battements binauraux sont également connus pour avoir des effets hypnotiques et relaxants efficaces.

En ce qui concerne les inconvénients, les battements binauraux ne créent pas réellement un puissant effet d’entraînement dans le cerveau. Ceci est contraire à la plupart des documents que vous lirez en ligne sur cette forme d’entraînement.

Au cours des dernières années, le battage médiatique marketing autour de cette méthode a été considérable. Des allégations extravagantes ont été formulées à propos des battements binauraux – de l’équilibre de vos chakras à l’aide pour cesser de fumer, voire même pour aider à la perte de poids. Certaines de ces entreprises ont même publié de fausses études à l’appui de leurs revendications.

En réalité, les battements binauraux sont l’une des formes les plus faibles d’entraînement des ondes cérébrales. Étant donné que le battement est créé dans le cerveau lui-même, la profondeur de son volume est à peine audible – environ 3 décibels. Comme cela est le cas, cela ne produit pas un effet neuronal puissant.

Dans son article intitulé “ Entraining Tones and Binaural Beats “ (Tonalités entraînantes et battements Binauraux), Dave Siever, expert en entraînement des ondes cérébrales, présente plusieurs études qui réfutent l’efficacité des battements binauraux dans la création de l’entraînement en ondes cérébrales. Il écrit :

“ Les battements binauraux ne sont pas vraiment perceptibles, car la profondeur de modulation (la différence entre fort et faible) est de 3 db, soit un rapport de deux pour un. (Les tonalités isochroniques et les battements mono ont facilement une différence de 50 dB entre fort et faible, ce qui correspond à un rapport de 100 pour 1). Cela signifie qu’il est peu probable que les battements binauraux produisent un entraînement important car ils n’activent pas le thalamus. “

Les battements binauraux ne peuvent être utilisés que pour des fréquences inférieures à 25 Hz. Toute valeur supérieure ne mélangera pas et ne produira pas le battement souhaité.

Par exemple, si une fréquence de 440 Hz est jouée dans l’oreille gauche et une autre de 470 Hz dans l’oreille droite, aucun battement ne se formera car la différence entre les deux est supérieure à 25 Hz.

Les battements auditifs ne se formeront pas non plus dans le cerveau lorsque les deux sons utilisés ont une fréquence supérieure à 900 Hz. Les battements binauraux sont mieux perçus dans des fréquences plus basses, autour de 440 Hz.

L’une des critiques les plus courantes a propos des battements binauraux est l’exigence d’un casque stéréo. De nombreuses personnes préfèrent écouter les pistes d’entraînement audio en position couchée, et il peut être particulièrement inconfortable de se détendre lorsque les écouteurs sont coincés dans les oreilles

Battements Monauraux

Les battements monauraux sont le résultat de deux sons combinés avant que le son n’atteigne l’oreille, à l’opposé des battements binauraux où les sons sont combinés dans le cerveau lui-même.

L’avantage des battements monauraux est qu’ils peuvent être écoutés sans utiliser de casque stéréo. Pour ceux qui souhaitent écouter une musique d’entraînement audio par le biais de haut-parleurs, cela peut constituer une excellente option.

Tonalités isochroniques

Opposés aux battements binauraux et monauraux, les tonalités isochrones ne nécessitent pas deux tonalités distinctes pour former un battement. Au lieu de cela on utilise une seule tonalité, qui s’allume et s’éteint à intervalles réguliers. Par exemple, une tonalité isochronique de 10hz s’allumerait et s’éteindrait 10 fois par seconde.

La recherche a montré que les tonalités isochrones étaient la forme la plus efficace d’entraînement audio. Selon David Silver, expert en entraînement des ondes cérébrales : “ Ils constituent une méthode d’entraînement auditif efficace car ils induisent une forte réponse évoquée auditive via le thalamus et que la plupart des gens la trouvent tolérable. “

En 1981, Arturo Manns a publié une étude innovante montrant l’efficacité des tons isochrones. Dans son étude, il a utilisé des impulsions sonores pour traiter avec succès une forme de douleur chronique appelée “ Syndrome douloureux myofascial “.

Types de sons isochroniques

Il existe plusieurs types de tonalités isochrones, en fonction de la manière dont elles sont activées et désactivées. En voici quelques-uns :

  • Onde carrée : les tonalités isochrones à onde carrée impliquent des transitions instantanées entre activé et désactivé. C’est le ton isochronique le plus sévère, mais aussi le plus puissant.

 

  • Onde triangulaire : les tonalités isochrones d’une onde triangulaire impliquent une rampe linéaire continue entre l’activation et la désactivation. La sonorité est beaucoup plus douce que celle de l’onde carrée, mais elle n’est pas aussi puissante.

 

  • Onde sinusoïdale : les tonalités isochrones de l’onde sinusoïdale impliquent une transition en douceur entre marche et arrêt. Les ondes sinusoïdales sont les tonalités les plus douces et sont le plus souvent utilisées pour la relaxation.

 

Entraînement visuel : Stimulation photique

Comme le son, la lumière a été utilisée par diverses cultures au cours de l’histoire pour entrer dans des états de conscience supérieurs. Dès les premiers jours de la civilisation, des guérisseurs, des chamanes et des prêtres ont appris à utiliser le scintillement de la lumière provenant du feu comme moyen de transcender la réalité et d’améliorer leurs pouvoirs mentaux.

Comme mentionné précédemment dans le paragraphe sur l’histoire de l’entraînement des ondes cérébrales, environ 200 ans après JC, Ptolémée découvrit que, lorsque la lumière dépassait les rayons d’un rouet, cela provoquait des sentiments d’euphorie, de vertige et un assortiment de formes et de couleurs dans son champ de vision.

Stimulation photique

Avance rapide de deux mille ans… Les “explorateurs d’esprit” d’aujourd’hui utilisent des appareils d’entraînement visuel dans le même but d’améliorer leur cerveau. La science moderne a montré à quel point la lumière pulsée pouvait avoir un effet positif sur notre humeur et nos performances cognitives.

Plongeons maintenant dans les détails de ce qu’est cette technologie et de la manière dont elle peut être utilisée en toute sécurité pour entraîner l’esprit.

Qu’est-ce que l’entraînement visuel des ondes cérébrales ?

L’entraînement visuel des ondes cérébrales (également appelé stimulation photique) est une méthode utilisant des impulsions lumineuses constantes et répétitives pour entraîner le cerveau. Ces flashs peuvent être diffusés de différentes manières : écrans de télévision ou d’ordinateurs, lumières stroboscopiques et même lunettes de réalité virtuelle.

Des études ont montré que l’entraînement visuel était beaucoup plus efficace que l’entraînement audio. L’une des raisons pour lesquelles cela est vrai est que le cortex visuel du cerveau est beaucoup plus grand que le cortex auditif. Lorsque le cortex visuel est entraîné, il peut toucher une plus grande partie des régions cérébrales environnantes.

Qu’est-ce que l’entraînement audio-visuel des ondes cérébrales ?

L’entraînement audio-visuel des ondes cérébrales (AVE ou “ Audio-Visual brainwave Entrainment “ en Anglais) est l’utilisation simultanée de sons et de lumières rythmiques pour entraîner le cerveau. Les appareils qui fournissent cette stimulation peuvent être appelés machines son et lumière, machines mentales et machines de stimulation audio-visuelle.

Bien que l’entraînement visuel soit plus efficace que l’entraînement audio, la combinaison des deux peut créer des effets encore plus puissants. Étant donné que le cortex auditif et visuel sont simultanément stimulés, de plus grandes parties du cerveau sont susceptibles d’être entraînées.

Cette technologie peut sembler à la fine pointe, mais combiner le son et la lumière pour modifier l’esprit est utilisée depuis des milliers d’années. Dans son livre “ Mega Brain “, Michael Hutchison écrit :

“ … Les humains ont toujours été intrigués par les possibilités d’influencer le fonctionnement mental qui résultent de la combinaison du son rythmique et de la stimulation rythmique de la lumière. Les rituels antiques pour entrer dans des états de transe impliquaient souvent des sons rythmiques sous la forme de battements de tambour, d’applaudissements ou de lumières scintillantes produites par des bougies, des torches, des feux de joie ou de longues lignes de corps humains passant devant le feu et transformant la lumière en une rythmique hypnotique clignote. Des pièces de théâtre grecques à l’opéra occidental, nos formes de divertissement les plus populaires utilisent des combinaisons de lumières et de sons. Certains compositeurs, tels que le visionnaire Alexandre Scriabine, ont en fait créé une musique destinée à être expérimentée en combinaison avec des affichages de lumière rythmiques. “

Comment utiliser en toute sécurité l’entraînement visuel des ondes cérébrales

Étant donné que l’entraînement visuel des ondes cérébrales peut stimuler de grandes zones du cerveau, certaines personnes ne devraient pas utiliser cette technologie :

  • Ceux qui ont des antécédents de crises convulsives (surtout épileptiques)
  • Ceux qui souffrent de maux de tête/ migraines causés par des lumières vives
  • Ceux qui portent un stimulateur cardiaque
  • Les femmes enceintes
  • Si vous prenez des médicaments (en particulier des substances psychotropes), consultez votre médecin avant de recourir à la stimulation photique.
  • Les personnes de moins de 18 ans devraient également consulter leur médecin auparavant.

Selon le “ National Institute of Health “ (Institut National Américain de la Santé), les crises dues aux stimuli lumineux sont d’environ 1 personne sur 10 000, soit 1 personne sur 4 000 personnes âgées de 5 à 24 ans – environ 0,3 à 3% de la population. Ceux qui ont des antécédents d’épilepsie ont 2-14% de chances de faire des crises convulsives en raison d’une stimulation photique.

Le 6 décembre 1997, un épisode de Pokemon a été diffusé au Japon, incluant des images de lumières clignotantes rouge-bleu. Ainsi, 685 enfants ont été admis à l’hôpital (seuls 24% de ces enfants avaient des antécédents de crises convulsives).

Dans son article Entraînement audiovisuel : “ Audio-Visual Entrainment : Safety and Tru-Vu Omniscreen Eyesets “, Dave Silver, expert en entraînement, écrit ceci :

  • “ La lumière rouge est liée à la réponse photo-convulsive (PCR – “Photo-Convulsive Response” en Anglais)
  • Des fréquences de 15 à 20 éclairs par seconde provoquent une sensibilité maximale de la PCR,
  • La stimulation photique à onde carrée peut provoquer des attaques d’anxiété et de panique,
  • Si vous utilisez des voyants LED, assurez-vous que votre appareil dispose d’un revêtement de protection entre la lumière et vos yeux, ou gardez les yeux fermés,
  • Une stimulation photique alternant entre l’œil gauche et l’œil droit pourrait provoquer des nausées,
  • Lorsque vous utilisez un appareil de stimulation photique, il est inutile de garder les yeux ouverts. Les yeux fermés, une quantité suffisante de signal neural sera envoyée au cortex visuel pour que l’entraînement se produise. “


Comment la couleur de la lumière affecte l’entraînement des ondes cérébrales

Il a été démontré que différentes couleurs délivrées par stimulation photique produisent des états mentaux spécifiques.

  • Violet – Cette couleur est associée à la sagesse et à la spiritualité. Idéal pour la relaxation et le soulagement de la douleur.
  • Indigo – Semblable au violet, l’indigo est une excellente option pour la relaxation et le soulagement de la douleur.
  • Bleu – Couleur apaisante, idéale pour la détente. Connu pour améliorer l’activité Alpha. Bonne option pour ceux qui sont photosensibles. Le bleu inhibe la production de mélatonine, évitez donc cette couleur avant de vous coucher.
  • Vert – Semblable au bleu, le vert est une couleur apaisante idéale pour les séances de relaxation.
  • Jaune – Idéal pour stimuler le cerveau dans la plage Beta. Connu pour améliorer la créativité.
  • Orange – Une couleur énergisante qui pourrait augmenter l’activité Beta. Orange a été associé à une augmentation de l’appétit.
  • Rouge – Couleur stimulante qui permet d’augmenter l’activité Beta. Il peut même supprimer les ondes cérébrales Alpha. Le rouge est une excellente couleur pour augmenter l’énergie. Faites particulièrement attention aux lumières rouges, car elles sont liées à des crises convulsives, des attaques de panique et de l’anxiété provoquées par des problèmes photiques.
  • Blanc – Englobant toutes les couleurs, le blanc est mieux utilisé pour la visualisation.

 

Autres formes d’entraînement

Le son et la lumière sont les méthodes les plus populaires d’entraîner l’esprit, mais il existe quelques autres options dans notre boîte à outils. Il a été prouvé que l’utilisation d’énergie vibratoire provenant de sources telles que les aimants et l’électricité permettait de surmonter les dépendances, la dépression et même de traiter des troubles neurologiques tels que la maladie de Parkinson. Explorons donc ces formes alternatives d’entraînement des ondes cérébrales.

Stimulation magnétique transcrânienne

La stimulation magnétique transcrânienne (SMT) est une technique de stimulation cérébrale non invasive utilisant des impulsions magnétiques pour entraîner l’esprit. Particulièrement efficace dans le traitement de la dépression lorsque les patients ont montré une résistance aux formes de traitement traditionnelles.

La SMT s’est également révélée efficace pour réduire l’anxiété, traiter les troubles de stress post-traumatique (TSPT ou “ Posttraumatic Stress Disorder “ en Anglais), traiter les TOCs, traiter la toxicomanie et améliorer la cognition. Parmi les méthodes énumérées sur cette page, la SMT est le plus pratiqué dans les domaines médicaux.

Pendant une séance de thérapie SMT, de grandes bobines magnétiques sont placées contre le cuir chevelu du patient, généralement près du front, car cette région du cerveau aide à réguler l’humeur.

Une fois le traitement commencé, la polarité des bobines commence à changer rapidement, transmettant des impulsions magnétiques à la région neuronale souhaitée. Les rythmes de ces impulsions magnétiques aident à entraîner les ondes cérébrales vers une fréquence cible.

Stimulation transcrânienne à courant alternatif

La stimulation transcrânienne à courant alternatif (tACS ou “” Transcranial Alternating Current Stimulation” en Anglais) est une technique de stimulation cérébrale non invasive qui utilise des signaux électriques alternatifs pour entraîner l’esprit. Cette technique s’est révélée efficace pour améliorer l’apprentissage, la mémoire, la concentration et l’humeur.

Les appareils tACS utilisent des piles de 9 volts, qui sont fixées à deux électrodes fixées aux zones désirées du cuir chevelu. Ces électrodes envoient des ondes sinusoïdales de courant électrique de 0,5 à 2 milliampères. Les appareils tACS permettent aux utilisateurs de définir la fréquence souhaitée d’envoi de ces courants électriques, que ce soit dans la plage Alpha, Beta ou Theta.

Bien que l’envoi d’ondes électriques à votre cerveau puisse sembler effrayant, cette méthode présente peu de risque. 2 milliampères de courant équivalent à 1/500 de la puissance d’une ampoule de 100 watts.

Stimulation cérébrale profonde

La stimulation cérébrale profonde (DBS ou “ Deep Brain Stimulation “ en Anglais) est une méthode de stimulation cérébrale invasive, connue pour son efficacité dans le traitement de maladies neurologiques telles que la maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative qui affecte les cellules nerveuses des ganglions de la base du cerveau. Les noyaux gris centraux, qui contrôlent les mouvements du corps, sont situés profondément dans le cerveau.

Lorsque les cellules nerveuses de cette région commencent à mourir, la personne présente des symptômes tels que des tremblements, une lenteur des mouvements, une raideur musculaire, une perte d’équilibre et des modifications de la parole.

La stimulation cérébrale profonde est une méthode qui aide à entraîner les ganglions de la base vers un fonctionnement normal. Cette méthode comprend deux étapes.

La première étape implique l’utilisation de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour localiser la cible exacte du cerveau d’où provient la maladie de Parkinson. Une fois localisé, un dispositif appelé neurostimulateur est implanté chirurgicalement sur cette cible.

Il envoie ensuite des impulsions électriques qui entraînent cette région du cerveau vers une activité neuronale normale. Presque immédiatement, les tremblements commencent à s’atténuer et ils ont une meilleure maîtrise des mouvements de leur corps.

 

Sources

 

www.akkana.fr